La Fédération Sénégalaise de Football Refuse l’Autorisation aux Médias en Ligne de Couvrir un Match

La Fondation des Médias pour l’Afrique de l’Ouest (MFWA), condamne le refus d’accréditation aux médias en ligne sénégalais par les autorités de la Fédération Sénégalaise du Football (FSF), et les interpelle à revoir cette mesure impopulaire à cette ère d’Internet.

Le 13 Octobre 2020, alors que les médias sénégalais s’apprêtaient à couvrir un match amical qui devrait opposer le Sénégal et la Mauritanie, plusieurs presses en ligne s’étaient vues refuser l’autorisations de couverture au motif qu’il y aurait « plus de 200 sites ».

La rencontre a fini par être annulée du fait que huit membres de la Délégation de la Mauritanie ont été testés positifs au COVID-19. Néanmoins, la décision de la FSF de ne pas autoriser la presse en ligne à couvrir cet événement sportif important est déplorable.

Ceci l’est d’autant lorsqu’on sait qu’au Sénégal, le football est le sport populaire qui draine la passion des millions de fans qui se rabattent sur internet et les réseaux sociaux pour accéder aux informations. Plus de 7 600 000 Sénégalais utilisent internet, et plus de 3 500 000 autres sont actifs sur les réseaux sociaux.

La décision a été sans équivoque rejetée et dénoncée par l’Association des éditeurs et professionnels de la presse en ligne (Appel) comme « unilatérale, discriminatoire et irrespectueuse ».

Ibrahima Lissa Faye, Président de l’Appel, a aussi demandé aux autres organisations de la fraternité des médias, dont le SYNPICS, le partenaire national de la MFWA au Sénégal à condamner et à dénoncer ce qu’elle considère comme un abus de pouvoir de la part de la Fédération Sénégalaise de Football.

La MFWA condamne cette décision comme une tentative de refus d’accès à l’information à la presse et ipso facto aux citoyens. Par conséquent, nous exhortons alors les autorités de la FSF et les responsables de la presse en ligne à une discussion pour trouver des mesures idoines pour qu’une telle situation ne se reproduise plus à l’avenir.