mardi, mai 28, 2024
AccueilLes Violations de la Libre ExpressionL'AFEX condamne la détention de la journaliste Sandra Muhoza

L’AFEX condamne la détention de la journaliste Sandra Muhoza

Le 14 avril 2024, la journaliste Sandra Muhoza du média en ligne La Nova Burundi aurait été arrêtée par la police puis remise au Service National de Renseignement (SNR) à Bujumbura. Le motif de l’arrestation de Muhoza n’a pas encore été confirmé.

Avant son arrestation, Muhoza avait répondu à une invitation d’un riche homme d’affaires anonyme affilié au parti au pouvoir, le Conseil National pour la Défense de la Démocratie – Forces pour la Défense de la Démocratie (CNDD-FDD).

Selon La Nova Burundi, Muhoza avait par le passé fait des reportages sur les activités de cet homme d’affaires.

Les défenseurs des droits de l’homme ont déjà fait part de leurs inquiétudes concernant les conditions de détention dans la prison du SNR à Bujumbura, où Muhoza est actuellement détenu.

La multiplication des violations des droits de l’homme et des restrictions en matière de liberté de la presse au Burundi a poussé un grand nombre de journalistes à fuir le pays depuis 2015. En 2023, Reporters sans frontières a classé le Burundi à la 114e place sur 180 pays en termes de liberté de la presse. Les journalistes burundais continuent de vivre dans la crainte d’être menacés, attaqués ou arrêtés.

L’Échange de la liberté d’expression en Afrique (AFEX) s’inquiète de la sécurité de Sandra Muhoza, d’autant plus qu’aucune raison n’a été donnée pour son arrestation. L’AFEX demande instamment aux autorités burundaises de libérer sans condition la journaliste Muhozi afin qu’elle puisse retourner en toute sécurité auprès de sa famille.

L’AFEX exhorte en outre les autorités burundaises à créer un environnement sociopolitique favorable qui tolère les opinions divergentes et à former les agents de sécurité pour qu’ils protègent la vie des journalistes et des autres professionnels des médias.

L’AFEX demande instamment la promotion d’un environnement favorable à la liberté de la presse afin de commencer à rétablir un environnement propice pour la presse au Burundi.

Recent articles