lundi, mai 20, 2024
AccueilAttaquesOuganda: La Police et représentants du Président arrêtent le Directeur de station

Ouganda: La Police et représentants du Président arrêtent le Directeur de station

La police et le commissaire résident du district (RDC) de Gulu au nord de l’Ouganda, le 21 Juillet a arrêté Payira Bonny, animateur d’un talk-show á la radio qui est également le directeur de programmes de Jal Fresh FM, pour avoir prétendument utilisé des langages inappropriés contre le président ougandais Yoweri Kaguta Museveni lors d’une heure de talk-show  qui examinait les développements politiques au pays.

Payira a été arrêté avec Okot Thomas Oloyo a.k.a Toko étudiant à l’université de Gulu, Okyak Silva- l’ancien président de la Guilde de l’Université de Gulu et Agwen Smauel, le conseiller local de la division Loroo dans la Municipalité de Guru. Le trio ont été accueillis au programme d’actualité qui diffuse de 7 heures à 8 heures, heure locale, du lundi au vendredi.

Une source a déclaré au réseau pour les droits humains des journalistes- Ouganda que Payira a été arrêté de l’hôtel Roma par le commissaire résident du district Andrew Moses Awinyi et le commissaire de police du Gulu, Martin Okoyo, « Ils ont arrêté Payira et l’ont mis dans leur voiture sans aucune information sur le motif de son arrestation. Il était emmené au commissariat de Gulu, où il a fait une déclaration avant d’être mis en prison ». Payira et les autres sont toujours détenus du temps où cet article a été publié.

Il est présumé que pendant le talk-show, le trio a critiqué le Président Museveni pour avoir fait ses débuts, la route de Gulu-Atiak qui selon certaines sources n’était pas encore achevé. Le commissaire régional de police de la région du nord Wilson Kwanya, a accusé les suspects d’avoir utilisé des langages de la haine contre le président. « Ce qui a provoqué ce problème est le fait qu’ils ont employé des langages incendiaires contre le Chef d’Etats. Ils sont emplis de la haine à l’encontre du président. Ils lui ont abusé à la radio. Alors, quand nous avons eu l’information au sujet, nous sommes allés les appréhender pour interrogation. Après, nous avons l’intention de les emmener au tribunal. Dit Kwanya au HRNJ-Ouganda. Okoyo avait refusé de commenter en adressant le HRNJ-Ouganda à l’officier responsable des enquêtes, dont son téléphone portable était éteint.

Le directeur de radio Jal Fresh, Eng. David Mwaka dit HRNJ-Ouganda qu’il n’a pas encore écouté ledit enregistrement. « La police ne dit pas grande chose, rien pour l’instant. Je lui ai demandé l’enregistrement pour le show. Je suis sûr qu’en tant qu’une radio, nous agissons sous la loi ; même si c’est pour critiquer le président, on le fait objectivement. Ils devraient les libérer sous caution or bien les emmener au tribunal pour une audience.

« La police et le RDC ne devraient pas étouffer le débat et la discussion affaires d’intérêt public car cela est un ingrédient clé dans une société libre et démocratique. Le président en tant que Chef exécutif du pays n’est pas à l’abri de la critique. Le parti qui se sent lésé de telles critiques devrait déposer une pétition auprès du conseil de Média, au lieu de criminaliser la libre expression. » A dit le coordonnateur national de HRNJ-Ouganda, Robert Ssempala.


HRNJ-Uganda

Recent articles