mardi, mai 28, 2024
AccueilAttaquesAlerte HRNJ-Ouganda- un policier arrête un journaliste pour avoir photographié un...

Alerte HRNJ-Ouganda- un policier arrête un journaliste pour avoir photographié un suspect à la cour

Kampala, le 19 Juin 2015; une greffière qui travaille avec le Groupe Vision, Betty Amamukirori était le 18 Juin, arrêté par la police à la cour de la lutte contre la corruption à Kololo, une banlieue de Kampala pour avoir photographié un suspect lors d’une pause a la cour. Elle a refusé de supprimer lesdites photos, et elle était libérée plus tard sans charge.

Betty a dit au réseau pour les droits humains des journalistes-Ouganda(HRNJ-U) qu’elle a été arrêté par la police dès qu’elle a pris un suspect en photo, un certain Patrick James Bamwise Kakaire, de 64 ans, un habitant du quartier de Jinja qui a été reconnu coupable d’une affaire dans laquelle il a converti une terre de la famille à son nom sans l’autorisation des autres 22 bénéficiaires. Le juge présidant, Paul Mugamba l’a condamné à une amende de 4,5million UGX ou purge quatre ans d’emprisonnement.

Betty a été détenue pendant près de deux heures sur les ordres de la fille de Bamwise, une certaine Tabitha (dit être un employé du Parlement ougandais), dans le but de la forcer à supprimer les photos. Betty a déclaré que les agents de police à la cour dirigé par un dénommé Anyanga a essayé de l’intimider pour remettre la caméra mais elle a refusée, « la police m’ordonnant de supprimer la photo, ils ont menacé de me déshabiller et de fouiller partout pour la caméra que j’avais utilisé de prendre le détenu une photo. Je me suis présenté à eux deux fois en tant que journaliste avec Groupe vision, mais ils ont continué à me harceler sur les commandes de Tabitha. La police n’était pas utile du tout. » Betty a déclaré à HRNJ-Ouganda à la cour dès qu’elle a été libérée.

Une autre journaliste de la cour, Veronica Kayaga, qui était témoin de l’incident, a dit HRNJ-Ouganda qui autant que le greffier a expliqué à la police que ce que le journaliste avait fait était acceptable puisque la photo a été prise lors d’une pause a la cour, ils étaient de défi/ et a continué à forcer Betty de supprimer ladite photo.

« Nous sommes heureux que la collègue de Betty ait précipité à sa défense. Nous exhortons l’autorité judiciaire pour assurer la protection des journalistes de la cour qui font face à des défis de sûreté et de sécurité de personnes irrationnels dans les tribunaux. La police devrait cesser d’être utilisé à violer les libertés des médias. Ils doivent garantir la sûreté et la sécurité de tous les journalistes de cour surtout ceux qui couvrent des affaires très sensible. » A déclaré le coordonnateur de HRNJ-Ouganda, Robert Ssempala.


E-mail:
[email protected]

HRNJ-U:WEBSITE

Crédit photo: blog.athirtyeight.com

Recent articles