AFEX Dénonce la peine de deux ans contre un Journaliste Indépendant au Somaliland

Le Réseau des Organisations Africaines de la Promotion de la liberté d’expression (AFEX) se joint à son membre le National Union of Somali Journalists (NUSOJ) en dénonçant fermement la condamnation du journaliste indépendant, Abdimalik Muse Oldon à deux ans de prison par la Cour régionale de Marodi Jeeh dans la capitale du Somaliland, Hargeisa.

Selon NUSOJ, le journaliste a été accusé de trois chefs d’accusations d’activité « anti-national d’un citoyen à l’étranger, » en vertu de l’article 212, «publication ou circulation de fausses informations, exagérées ou tendancieuses susceptibles de perturber l’ordre public» en vertu de l’article 328 et «offenser l’honneur ou le prestige du chef de l’Etat « en vertu de l’article 220 de l’ancien code pénal de la Somalie de 1960.

Le 8 avril, 2017, le présidant du tribunal, Ahmed Dalmar Ismail, a jugé Oldon coupable de violer les articles 212 et 328 du code pénal tout en le dégageant des accusations du gouvernement en vertu d’article 220 du code pénal. Oldon a ensuite été condamné à deux ans de prison.

Dénonçant le jugement contre Oldon, le secrétaire général du NUSOJ, Omar Faruk Osman, a décrit  la peine de deux ans comme « brutal et atroce et une violation flagrante de la liberté d’expression ».

« Nous dénonçons cette condamnation sévère et inacceptable qui porte la répression médiatique au Somaliland à un niveau tristement sans égal. Nous soutenons nos collègues du Somaliland et Abdilmalik Musse Oldon dans leurs efforts pour et exigeons que ce verdict soit annulé « , a déclaré Osman.

Oldon a été arrêté le 15 février 2017 à son arrivée à l’aéroport de Hargeisa du Mogadiscio, la capitale de la Somalie. Il a été accusé d’avoir fait des commentaires contre le président du Somaliland en tout en soutenant le président de la Somalie, Mohamed Abdullahi Mohamed Farmaajo sur les médias sociaux.

Selon NUSOJ, la seule preuve que les procureurs du Somaliland ont présentée à la cour était une cassette vidéo dans laquelle Oldon est vu entrain de parler avec sympathie au président Farmaajo. Cependant, il n’a fait aucun commentaire sur les autorités du Somaliland, contrairement aux accusations portées contre lui. La peine survient quelques jours après que le Réseau des Organisations africaines de la Promotion de la liberté d’expression (AFEX) ait exprimé sa préoccupation quant à la sécurité des journalistes en Somalie.  « Nous condamnons la pénalisation d’Oldon et appelons le pouvoir judiciaire de Somaliland à renverser la peine, à résister à être utilisé pour étouffer la liberté d’expression et à permettre au journaliste de jouir de ses droits fondamentaux à la liberté d’expression. Aucun journaliste ne mérite d’aller derrière les barreaux pour s’exprimer », AFEX a ajouté. AFEX exhorte les autorités somaliennes à dépénaliser  les délits de la parole, hors ligne et en ligne, ainsi que d’assurer une protection maximale pour les journalistes