AFEX demande enquête et justice sur l’assassinat de Djai-Lormadji

Credit: RSF.org

Le Réseau Africain de la Liberté d’Expression (AFEX) est consterné par l’assassinat de Djai-Loramadji Evariste, journaliste de la radio communautaire chrétienne Lotiko basé à Sarh, la ville principale de la région du Moyen Chari, au centre nord du Tchad.

AFEX condamne sans réserve l’assassinat du journaliste et demande aux autorités du Tchad de lui rendre justice, en enquêtant sur ce meurtre et en traduisant les auteurs devant la rigueur de la loi.

Le 9 Février 2022, Djai-Loramadji a été tué précisément dans le village de Sandan, au Sud du Tchad, tandis qu’il était en train de mener une interview et un reportage en direct sur la communauté en proie aux conflits communautaires. Un tireur embusqué a abattu Djai-Loramandji d’une balle à la tête.

D’après les témoignages d’Abbas Mahamoud Tahir, président de l’Union des Journalistes tchadiens (UJT), « alors que Djaï-Loramadji Evariste donnait les informations en direct à sa station, Radio Lotiko, un tireur embusqué, à bout portant, lui a explosé la tête ».

En clair, Djai-Loramadji, a été tué à cause de sa profession de journaliste, et d’information du public sur les affrontements intercommunautaires.

Le Tchad connait des fréquentes affrontements qui opposent les éleveurs, et les agriculteurs d’une part et la population en général, d’autre part.

Aussi, le Tchad, à l’instar des autres pays du Sahel tel que le Mali, le Niger et le Burkina Faso, est confronté à des conflits récurrents et insurrections internes.

En juillet 2021, l’ONU avait chiffré le nombre des victimes des affrontements intercommunautaires autour de 309 morts et 182 blessés, plus de 6 500 personnes déplacées, et de nombreuse destruction de biens et de moyens de subsistance, et une exacerbation des tensions entre les communautés.

Par ailleurs, le Tchad est entré dans une période de transition politique, suite à la prise du pouvoir par la force par un conseil militaire, à la tête duquel se trouve, Mahamat Idriss, le fils du défunt Président Idriss Itno Deby. Ce dernier fut tué en Avril 2021 dans le nord du pays, lorsqu’il s’était rendu sur les fronts pour affronter les rebelles.

Le Tchad est aussi réputé pour sa répression de la liberté d’expression. Un pays où, le travail de journaliste est considéré comme un métier à haut risque. En 2021, Reporter Sans Frontières a classé le pays au 123ème rang mondial sur la protection de la liberté de la presse et la sécurité des journalistes.

Le pays a aussi la réputation tristement populaire de sa longue coupure d’internet et de perturbation des réseaux sociaux qui a duré pendant 470 jours, entre 2018 et juillet 2019.

Tout en condamnant l’assassinat de Djai-Laramadji Evariste, AFEX appelle les autorités du Tchad à démonter leur engagement contre l’impunité pour les crimes sur les journalistes. Nous demandons que les autorités enquêtent d’urgence sur ce crime odieux pour mettre la main sur les auteurs et les traduire devant la rigueur de la loi.