AFEX condamne la tentative d’assassinat du journaliste, demande des enquêtes

Le Réseau Africain de la Liberté d’Expression (AFEX) condamne la tentative d’assassinat d’Adoum Abdelkader, journaliste à la télévision Télé Tchad, et demande aux autorités tchadiennes de mettre tout en œuvre pour retrouver les auteurs de cette agression physique et tentative d’assassinat du journaliste.

Ce récent incident s’est produit dans la journée du 5 mars 2022 à N’Djamena, la capitale du Tchad. D’après les informations recueillies par AFEX, Adoum Abdelkader, a reçu la visite de trois individus à son domicile.

L’un des trois assaillants était armés de fusil tandis que les deux autres avaient d’autres armes blanches. L’agresseur muni de fusil a tiré une balle dans la jambe du journaliste tandis que les deux autres lui ont roué de coups de bâtons.

Heureusement, Abdelkader s’en est sorti vivant, mais a été blessé et admis à l’hôpital où, selon nos sources, il répond bien aux traitements médicaux.

L’Union des journalistes du Tchad (UJT) et l’Union des Syndicats des Professionnels de la Presse d’Afrique Centrale (USYPAC), ont dans un communiqué de presse condamné l’agression et demandé que les auteurs soient arrêtés et punis.

 »Cet acte criminel et lâche est une tentative d’assassinat, qui ne pourrait rester impuni dans un pays de droit », pouvait -on lire dans le communiqué publié par UJT et USYPAC.

Le Ministère de la Communication et l’organe de régulation des médias tchadiens, Office National des Médias Audiovisuels du Tchad ont condamné l’agression et promis une enquête sur l’incident et les auteurs traduits devant la rigueur de la loi.

“Une plainte sera déposée pour retrouver les auteurs de cet acte lâche car ces individus ont été accueillis dans le salon du journaliste comme le veut nos traditions et ensuite ont tenté de le tuer”, avait laissé entendre Abderaman Koulamallah, le ministre de la communication, dans une publication de la presse en ligne Alwihdainfo.

Cependant, il n’est pas très clair quelles pourraient être les motivations de cette tentative d’assassinat du journaliste Abdelkader. L’on ne sait avec précision à ce stade si l’agression est liée aux activités professionnelles du journaliste. Les trois agresseurs avaient leurs visages voilés en turban, et n’ont tenté d’emporter des biens matériels du journaliste.

C’est le deuxième incident du genre, d’atteinte à la sureté et la sécurité d’un journaliste visant à lui ôter la vie au Tchad en moins d’un mois. Le premier incident s’est produit le 9 février 2022, lorsque Evariste Djai-Loramadji, journaliste de la radio communautaire Lotiko a été abattu d’une balle dans la tête lorsqu’il faisait la couverture en direct sur un conflit intercommunautaire dans le village de Sandan, au Sud du Tchad.

AFEX se joint à la fraternité des médias et journalistes au Tchad pour condamner cette agression. AFEX demande aux autorités du Tchad, de diligenter une enquête sur cet incident pour faire toute la lumière sur cette agression, et de traduire les auteurs devant la justice.

Aussi, nous exhortons les autorités du Tchad à promouvoir davantage la liberté de la presse, la liberté d’expression et garantir la sécurité des journalistes qui font un travail indispensable d’information du public, garanti par la constitution du pays et d’autres traités internationaux que le pays a ratifié.