AFEX condamne la Répression sur la liberté des médias en Somalie et demande la libération immédiate des journalistes détenus

L’AFEX (le Réseau des organisations de la liberté d’expression en Afrique) est profondément préoccupé par la répression massive en cours sur la liberté des médias et la liberté d’expression en Somalie.

Le 15 Août 2014, les forces de sécurité lourdement armés ont fait irruption  ont fermé Radio Shabelle et SkyFM, tous deux appartenant à Shabelle Media Network, et ont arrêté 19 journalistes et travailleurs des médias. Parmi les personnes arrêtées étaient le Président du Shabelle Media Network, Abdimalik Yusuf Mohamud, et le directeur de la SkyFM, Mohamud Mohamed Dahir. Ces travailleurs des médias ont été détenus dans la prison souterraine de l’Agence de l’Intelligence et de la sécurité nationale (CSRN), un endroit où des terroristes suspects sont gardés.

En Juin de cette année, le Ministre de l’Information a présenté un projet de loi sur les médias, qui obligerait les journalistes à divulguer leurs sources d’information, au Conseil des Ministres de la Somalie pour approuver de sorte qu’il sera finalement adopté  comme loi par le Parlement. Le projet de loi a été retiré par la suite pour prendre en compte les contributions des parties prenantes des médias suite à la pression intense de la part des groupes de médias.

Jusqu’en 2012, la Somalie avait été sans un Etat qui fonctionne depuis plus de deux décennies. Ces périodes ont été témoins à des arrestations arbitraires et à la détention de journalistes, à de fréquentes attaques contre les médias et aux autres formes de violations graves des droits de l’homme.

A l’arrivée d’un gouvernement démocratiquement élu, l’AFEX attend à ce que le gouvernement de la Somalie garantisse la liberté d’expression comme une condition préalable fondamentale pour le développement démocratique et la consolidation. C’est pour cette raison que les violations actuelles sont extrêmement inquiétantes.
L’AFEX, par conséquent, demande la libération immédiate des journalistes détenus et la réouverture de la Radio Shabelle et de la SkyFM. En outre, l’AFEX demande un arrêt immédiat de l’arrestation arbitraire, la torture et le harcèlement des journalistes et d’autres militants de la liberté d’expression en Somalie.