11 journalistes tués en Afrique en moins de neuf mois, AFEX exige une réponse ferme des gouvernements pour mettre fin à l’impunité.

Au cours des 273 derniers jours, de janvier à septembre 2021, onze journalistes ont été tués en Afrique subsaharienne dans une orgie de répression qui a donné lieu à de nombreux autres actes de violation de la liberté de la presse.

Outre les meurtres de journalistes, des agressions physiques, des arrestations et des détentions illégales, y compris le harcèlement juridique et la persécution des journalistes, ont également eu lieu.

Ces agressions ont été perpétrées par des inconnus, des terroristes et des forces de sécurité dans huit pays d’Afrique subsaharienne. En outre, dans les pays confrontés à l’insurrection, la sécurité des journalistes a été fortement menacée par les terroristes et les forces de sécurité de l’État.

En Afrique de l’Ouest, le Nigeria et le Burkina Faso ont fait la une des journaux en raison de l’assassinat de journalistes, respectivement un journaliste local et deux journalistes étrangers.

Moins médiatisé mais tout aussi inquiétant, le meurtre, dans la soirée du 23 août 2021, au Ghana et dans l’exercice de ses fonctions, du journaliste britannique Syed Taalay Ahmed, 31 ans, qui travaillait pour la télévision musulmane Ahmadiyya International (MTA) basée à Londres.

Ahmed travaillait sur un documentaire au Ghana lorsque sa voiture a été prise en embuscade par des hommes armés qui lui ont dépouillé de son argent et ses téléphones portables près de la ville de Tamale. Le journaliste a été déclaré mort à son arrivée à l’hôpital.

À Ibadan, la capitale de l’État d’Oyo, dans le sud-ouest du Nigeria, le 19 juin, des inconnus ont abattu Titus Eja Nla Badejo, un journaliste travaillant pour Naija FM. Les assaillants ont ordonné à Titus, qui quittait une boîte de nuit avec quelques amis dans sa voiture, de descendre. Après avoir tiré sur lui à bout portant, les assaillants sont partis sans prendre aucun bien ni attaquer aucun des amis du journaliste. Tout porte à suggérer que le meurtre de Badejo est une attaque ciblée, l’assassinat de Titus s’ajoute à une longue liste d’incidents d’attaques et de meurtre de journalistes au Nigeria. Par exemple, de 2017 à 2020, la Fondation des Médias pour l’Afrique de l’Ouest (MFWA) a recensé sept incidents d’assassinat de journalistes au Nigeria.

Les autorités nigérianes n’ont jusqu’à présent présenté aucun résultat d’enquête sur l’un de ces meurtres, et les coupables n’ont toujours pas été arrêtés ou poursuivis conformément à la loi.

Le 26 avril, un groupe terroriste du Burkina Faso a attaqué et tué les membres d’un convoi, dont David Berian et Roberto Fraile, deux journalistes espagnols. Les journalistes se dirigeaient vers le parc national de Pama, près de la frontière avec le Mali, pour la réalisation d’un documentaire.

Dans la région orientale de l’Afrique, l’Éthiopie, le Kenya et la Somalie ont également enregistré des meurtres de journalistes.

Le conflit du Tigré a multiplié les arrestations et les détentions, notamment le harcèlement des journalistes qui dénoncent les violations des droits de l’homme liées aux conflits en Éthiopie.

Le 9 mai, Sisay Fida, un journaliste travaillant pour le gouvernement de la région d’Oromia en Éthiopie, aurait été abattu par deux hommes armés non identifiés. La raison pour laquelle le journaliste a été tué et l’identité du commanditaire de ce crime ne sont toutefois pas claires. Selon certaines allégations, Fida aurait été assassiné par un commando du groupe armé Oromia Liberation Army. D’autres ont affirmé que le journaliste avait été tué par les autorités du gouvernement fédéral d’Éthiopie.  Cependant, selon CPJ, deux suspects ont été identifiés par la police, mais à ce jour, aucune enquête approfondie n’a été signalée.

Cinq mois avant le meurtre de Fida, un autre journaliste avait été tué. Le 19 janvier 2021, Dawit Kebede Araya, un journaliste travaillant pour le média public Tigray TV, a été tué, semble-t-il par les forces de sécurité gouvernementales. Araya rentrait chez lui à Mekelle, la capitale de l’État du Tigré, lorsqu’il a été abattu. L’un de ses amis a également été tué, tandis que deux personnes se trouvant dans la voiture ont disparu.

En Somalie, le 1er mars 2021, Jamal Farah Adan aurait été tué par deux hommes armés non identifiés. Farah Adan est un journaliste de radio-télévision à Galkayo, dans le centre de la Somalie. Il rendait compte de questions politiques sur les plateformes de médias sociaux et contribuait aux programmes des stations de radio locales Radio Daljir, Radio Galkayo et Radio Garowe. Avant d’être tué, il a déclaré sur Facebook qu’il recevait des menaces du groupe militant Al-Shabaab. Le meurtre du journaliste a ensuite été revendiqué par le groupe terroriste.

Toujours dans la région orientale de l’Afrique, le 7 avril 2021, Betty Mtekhele Barasa a été tuée par trois assaillants qui ont fait irruption chez elle et ont agressé les membres de sa famille. Mme Barasa travaillait pour la Kenya Broadcasting Corporation (KBC), à Nairobi, la capitale du Kenya.  Les meurtriers ont également emporté les ordinateurs portables et les téléphones mobiles des journalistes, signe que son meurtre pourrait être lié à son travail de journaliste.

Dans la région de l’Afrique centrale, trois incidents d’assassinat de journalistes ont été documentés en l’espace de quatre mois par Journaliste en Danger (JED), un membre du réseau AFEX basé en République Démocratique du Congo (RDC)

Le 7 août, Heritier Magayane, un journaliste travaillant pour la Radio-Télévision Nationale Congolaise (RTNC) dans la ville de Rutshunu, dans la région du Nord-Kivu, a été assassiné par des inconnus. Avant de connaître une mort prématurée, ce journaliste de 26 ans, père de deux enfants, avait l’habitude de promouvoir la paix dans la région de la RDC déchirée par les conflits, par le biais de la plate-forme radio. Le meurtrier a emporté le téléphone de Magayane. Les autorités n’ont pas encore enquêté sur ce crime odieux contre le journaliste et traduire les auteurs en justice.

Sept jours plus tard, le 14 août, un autre journaliste de la même station de radio de la RTNC, Joël Musavuli Mumbere, a été assassiné dans sa maison, à Rutshuru. Sa femme a été tuée en même temps que lui. Musavuli et sa femme ont été tués par des inconnus brandissant des machettes. Selon l’UNESCO, le journaliste avait reçu au fil des ans des menaces pour ses reportages sur les droits de l’homme et le virus Ebola.

Une semaine à peine après la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 9 mai, Barthelemy Kubanabandu Changamuka, un journaliste travaillant pour la radio communautaire de Kitshanga (CORAKI FM), a été attaqué à son domicile par deux inconnus armés. L’assaillant lui a tiré dessus à bout portant, à huit reprises. On ne sait pas encore ce qui a pu conduire à l’assassinat du journaliste. Après ce crime odieux, les agresseurs ont emporté le téléphone portable du journaliste. Un autre indice qui suggère que Changamuka était probablement visé pour son travail d’animateur de l’émission de radio intitulée  »Sécurité alimentaire » sur CORAKI FM.

L’assassinat de journalistes en RDC est consternant, si l’on considère l’impunité totale qui entoure les crimes contre les journalistes dans le pays. Les trois derniers décès de journalistes dans le pays, s’ajoutent à 14 autres assassinats, ce qui porte à 17 le nombre de journalistes tués au cours des deux dernières années.

« La vague de violence, en particulier les meurtres de journalistes sur le continent, envoie un signal effrayant : la liberté de presse et d’expression est exposée à un risque sans précédent et est en danger en raison de l’impunité totale qui entoure ces crimes. Si on laisse ces crimes sans les résoudre et sans traduire les coupables devant les tribunaux, le travail d’information publique est sérieusement en danger « , a déclaré Edetaen Ojo, le président de l’AFEX.

Le Réseau Africain de la Liberté d’Expression (AFEX) est consterné par le silence persistant des autorités étatiques sur les crimes contre les journalistes et demande aux gouvernements de prendre des mesures rapides pour lutter contre la tendance inquiétante des crimes contre les journalistes en menant des enquêtes approfondies sur ces crimes et en traduisant les coupables en justice.

L’impunité persistante de ces crimes constitue une menace pour le droit public à l’information, étouffe le débat public et sape la capacité des citoyens à participer à la gouvernance, mettant ainsi en péril le fondement même de la gouvernance démocratique.

AFEX exhorte également les responsables des médias à mettre en place des mesures de sûreté et de sécurité pour assurer la protection de leur personnel en tout temps, particulièrement pour ceux qui font des reportages dans des zones de conflit et des environnements sécuritaires volatiles. Nous demandons aux journalistes de porter une attention particulière à leur sécurité à tout moment lorsqu’ils font des reportages et se mêlent au public.