Zimbabwe: le Journaliste Chin’ono Libéré Sous Caution

L’African Freedom of Expression Exchange (AFEX) salue la libération du journaliste zimbabwéen Hopewell Chin’ono, détenu depuis le 20 juillet 2020. Chin’ono a été libéré le 2 septembre 2020 par le juge de la Haute Cour, le Juge Tawanda Chitapi après avoir passé 44 jours en détention.

Un membre de l’AFEX au Zimbabwe, l’Institut des médias de l’Afrique australe (MISA) -Zimbabwe, a rapporté que la libération faisait suite à l’appel de Chin’ono pour une mise en liberté sous caution auprès de la Haute Cour après qu’un magistrat à Harare, Ngoni Nduna, lui ait refusé sa requête introduite au motif de changement de circonstances.

Selon MISA Zimbabwe, le juge Chitapi, dans sa décision, a annulé la décision du magistrat Nduna et accordé une caution aux conditions que:

  • ZWL verse 10 000,00 $ au greffier du tribunal.
  • Chin’ono remet son passeport au greffier du tribunal.
  • Chin’ono cède les titres de propriété de sa maison située au quartier Cologne Valley de Harare.
  • Chin’ono continue de résider dans sa maison de Chisipite.
  • Il ne devrait pas publier sur son compte Twitter: @daddyhope, ni en créer d’autres Compte Twitter à au fin d’inciter à la tenue de manifestations jusqu’à la fin de la procédure.
  • Il se présente deux fois au poste de police le plus proche, tous les lundis et vendredis.

Chin’ono a été arrêté le 20 juillet 2020, sur des allégations d’incitation à participer à un rassemblement dans l’intention de promouvoir la violence publique, les violations de la paix ou le sectarisme ou encore, l’incitation à commettre des violences publiques.

Un jour après son arrestation, des policiers ont perquisitionné son domicile à la recherche de documents et d’autres articles qu’il aurait utilisés pour commettre l’infraction.

Sa demande de mise en liberté provisoire a d’abord été refusée par un magistrat de Harare le 24 juillet 2020 qui l’a placé en détention provisoire jusqu’au 7 août. Chin’ono s’est de nouveau vu refuser la mise en liberté sous caution le 6 août. Le juge, le juge Chitapi, a rejeté l’appel de mise en liberté sous caution indiquant que Chin’ono « n’a pas prouvé que le magistrat qui lui avait refusé la mise en liberté sous caution avait fait une erreur dans les faits, le droit ou les deux »

Le 19 août, une autre demande de mise en liberté sous caution a été entendue à huis clos suite à la récusation de son avocate Beatrice Mtetwa. La disqualification de l’avocat faisait suite à une allégation des procureurs de l’État selon laquelle Mtetwa avait manqué de respect à la cour et avait également fait des commentaires désobligeants sur la cour via sa page Facebook: Beatrice Mtetwa et la primauté du droit.

Sa demande de mise en liberté sous caution a en outre fait l’objet de nombreux reports jusqu’à ce qu’elle soit finalement accordée le 2 septembre.

Chin’ono devrait réapparaître au tribunal le 14 septembre 2020 pour se situer sur sa liberté provisoire.

«Son avocat, Maître  Taona Nyamakura, a depuis indiqué son intention de demander un refus de renvoi si l’État n’avait pas de date de procès lors de sa prochaine comparution devant le tribunal», a rapporté MISA-Zimbabwe.

L’AFEX réitère son appel au président Emmerson Mnangagwa à intervenir dans l’affaire pour faire en sorte que les charges contre Hopewell Chin’ono soient abandonnées, car ces charges portent atteinte à la liberté d’expression et à la liberté des médias.