mercredi, février 28, 2024
AccueilDroits numériquesLes Parties Prenantes Recommandent des Stratégies pour lutter contre les Perturbations et...

Les Parties Prenantes Recommandent des Stratégies pour lutter contre les Perturbations et les Coupures d’Internet pendant les élections en Afrique

Ce Communiqué était premièrement publié sur mfwa.org le 21 Novembre, 2019.

La Conférence d’Excellence des Médias d’Afrique de l’Ouest et Remise des Prix (WAMECA) 2019 organisée par la Fondation des Médias pour l’Afrique de l’Ouest (MFWA) a offert une plateforme pour discuter des interruptions et des coupures flagrantes d’Internet pendant les élections présidentielles sur le continent africain.

Les perturbations des réseaux et les coupures d’Internet ont souvent eu des conséquences désastreuses sur la situation économique, politique et de développement de plusieurs pays africains. En raison de leur récurrence dans certains pays en période électorale, il devient crucial d’envisager des stratégies pour les prévenir ou les contrer.

Une session sur le thème « Keeping the Net On : Combating Network Shutdowns during Elections, the Experience so far  » s’est donc tenue lors de WAMECA 2019 pour tirer les leçons des expériences des pays qui avaient subi des perturbations et des coupures de réseaux tout en partageant les enseignements tirés pour informer le plaidoyer autour de ce sujet. La session visait également à doter les pays qui se préparent aux élections de 2020 en Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana, Guinée et Togo) et au-delà, de stratégies pour lutter contre ce phénomène.

La session, animée par le PDG de la Chambre ghanéenne des télécommunications, M. Kenneth Ashigbey, a réuni des participants du Cameroun, du Tchad, du Ghana et du Nigeria pour discuter de l’impact des perturbations et des coupures d’Internet sur le continent, notamment pendant les élections. Les intervenants ont mis en lumière certains des problèmes économiques, sociaux et autres problèmes de développement qui se sont posés au cours de ces pannes de courant.

Salim Azim Assani, co-fondateur et directeur des opérations chez WenakLabs au Tchad, par exemple, a souligné comment la panne des médias sociaux qui a duré plus d’un an au Tchad a frustré et affecté de nombreuses personnes.

« Les gens ont dû parcourir des kilomètres pour accéder aux plateformes de médias sociaux, mais elles ont été fermées partout « , dit-il. « Malheureusement, les mesures de contournement prises par les quelques personnes avisées du numériques étaient insuffisantes. »

Il a ajouté que même si les autorités citent souvent le besoin d’ordre public comme l’une des principales raisons de bloquer l’accès à Internet pendant les manifestations et les élections, le fait de perturber ou de fermer l’Internet peut en soi être un facteur de désordre public.

« Les coupures d’Internet ne rétablissent certainement pas l’ordre public. Ils contribuent au désordre public car les gens s’agitent lorsqu’on leur refuse l’accès à l’information « , a-t-il poursuivi.

Les intervenants ghanéens et nigérians ont également mis l’accent sur certaines des mesures mises en place pour atténuer les pannes liées aux élections nationales de 2016 et 2019, respectivement. Des mentions spécifiques ont été faites de l’utilisation du plaidoyer, en particulier par les organisations de la société civile, du renforcement des capacités et des engagements des parties prenantes, comme souligné dans un rapport de la MFWA sur la Prévention des Coupures d’Internet pendant les élections(en anglais : Mitigation Internet Shutdowns during Elections).

« Au Nigeria, la coupure d’Internet a été évitée avant, pendant et après les élections de 2019 grâce à des activités de plaidoyer et de renforcement des capacités « , a noté Emmanuel Vitus de Paradigm Initiative, Nigeria. « Avant et pendant les élections générales de 2019 au Nigeria, nous avons collaboré avec des partenaires pour mesurer les réseaux dans le pays afin de surveiller les événements potentiels de censure « , a-t-il ajouté. « Et tout en plaidant contre une coupure, des formations ont également été organisées sur l’utilisation d’applications web pour garantir l’accès à Internet en cas de fermeture.

La session intitulée « Keeping the Net On : Combating Network Shutdowns during Elections, the Experience so far » a été organisée dans le contexte du recours croissant à la perturbation des réseaux pour réprimer la liberté d’expression en ligne lors d’événements nationaux importants tels que les élections, les manifestations et les examens.

Tout au long de la session, les panélistes et les participants ont unanimement condamné le recours croissant aux interruptions et aux pannes d’Internet pendant les élections. Les recommandations suivantes ont été formulées sur la voie à suivre :

  • Des efforts cohérents et concertés devraient être déployés pour sensibiliser les gouvernements à l’importance d’Internet avant, pendant et après les élections pour promouvoir des décisions éclairées des électeurs, partager les mesures de sécurité des élections, les canaux de signalement des mauvaises pratiques électorales et autres informations liées aux élections.
  • Il faudrait également faire comprendre aux gouvernements que le fait de laisser Internet ouvert et d’assurer un accès continu à l’Internet renforce la crédibilité et la confiance de la communauté internationale.
  • Le législateur des différents pays du continent devrait légiférer contre de telles pratiques pour favoriser l’accès continu à l’Internet, la création et la diffusion du savoir, et le développement personnel par le biais de l’Internet.
  • Les milieux universitaires devraient mener davantage de recherches sur les perturbations des réseaux et fournir des preuves scientifiques aux gouvernements sur les conséquences négatives des perturbations et des fermetures d’Internet.
  • Les organisations de la société civile et les médias devraient contribuer à l’éducation et à la sensibilisation du public contre les fermetures d’Internet par des documentaires audiovisuels, des reportages, des graphiques et des rapports.
  • Les citoyens devraient savoir que les droits numériques sont une extension des droits de l’homme et devraient donc exiger l’accès en tout temps, y compris en période électorale.
  • Il est nécessaire de renforcer les capacités de toutes les parties prenantes, en particulier la société civile, les médias et le grand public, en leur donnant les compétences et les outils nécessaires pour contourner les réseaux en cas de perturbation ou de fermeture.
Recent articles