AFEX prend acte de la restauration de l’accès à Internet au Cameroun, demande au gouvernement de libérer tous les détenus

Le Réseau des organisations africaines de la Promotion de la liberté d’expression (AFEX) accueille de la décision du gouvernement camerounais de restaurer la connectivité de l’internet dans les régions nord-ouest et sud-ouest du Cameroun.

Le 20 avril, 2017, le ministère des Postes et Télécommunications, sous les ordres du président du Cameroun, Paul Biya, a rétabli la connexion Internet aux deux régions après trois mois de blocage.

Le gouvernement camerounais a bloqué l’accès a l’internet dans les deux régions suite des manifestations contre l’imposition de la langue française dans les deux régions anglophones.

Depuis que les manifestations ont commencé en Novembre 2016, la liberté d’expression et les droits de l’homme ont été réprimés par le gouvernement camerounais, quatre protestataires ont été tués  et plusieurs autres ont été arbitrairement arrêtes et détenus.

Tout en accueillant la restauration de l’accès à l’Internet dans les deux régions, AFEX appelle également le gouvernement camerounais à s’engager à promouvoir et à protéger les droits numériques, car les perturbations du réseau affectent négativement les personnes sur le plan social, psychologique, économique, scolaire et politique. Par exemple, les 94 jours de blocage d’accès à l’Internet ont privé d’environ 7 millions d’accès à l’information et a entraîné la perte d’environ $ 4,5 millions dollars américains dans un pays avec un revenu par habitant d’environ 1, 200 $.

La restauration de l’accès à Internet devrait constituer la première étape pour remédier à toutes les autres violations en suspens dans les deux régions. AFEX exhorte donc, le gouvernement camerounais à libérer tous ceux qui ont été arrêtés et détenus dans le cadre des manifestations et ont recours au dialogue.

AFEX saisit cette occasion pour féliciter tous les organisations locales, régionales et internationales, d’avoir été fermement engagés dans la campagne de restauration de l’internet au Cameroun anglophone. La solidarité avec le peuple camerounais et l’engagement à plaidoyer contre toute forme de perturbation du réseau sont louables et doivent être soutenus.