lundi, avril 22, 2024

Le HRNJ-Ouganda Appelle a la Fin des Violations contre les Journalistes

Le Human Right Network for Journalists-Uganda (HRNJ-Uganda) se joint au reste du monde pour célébrer la Journée Mondiale de la Liberté de la Presse (WPFD) à un moment où la planète toute entière est dans un confinement presque total. Depuis 1993, le journalisme est célébré de différentes manières, mais cette année, nous le faisons de manière historique. Ne pouvant pas nous rassembler physiquement pour cette célébration, nous ne pouvons que communier et continuer à travailler virtuellement.

Le thème de cette année, « Journalisme sans crainte ni complaisance », montre que nous devons élaborer des stratégies concrètes pour libérer les médias qui font preuve d’audace, d’indépendance et de pertinence dans l’exercice de leur rôle de veille dans la société. La censure et le favoritisme ne permettent pas cependant aux médias d’explorer tous leurs potentiels lors des reportages.

Félicitations aux hommes et aux femmes qui ont contribué à rendre le thème de cette année pertinent. Des centaines de journalistes en Ouganda et dans le monde sont actuellement, en raison de la nature de leur travail à la ligne de front en vue de répondre à leur appel qui consiste à servir les communautés et les gouvernements en cette période difficile.

Malgré les risques qu’ils encourent, les journalistes ont sauvé l’humanité grâce à la transmission d’informations utiles au public et aux acteurs concernés. Notre rôle essentiel dans la diffusion de l’information et l’éducation a été apprécié de différentes manières.

Nous notons cependant une croissance de l’impunité par rapport aux violations des droits des journalistes. À cette fin, nous demandons aux autorités de faire preuve de retenue, de respecter les droits des journalistes, et de réprimander les auteurs de ces violations. Tout acte d’agression contre des journalistes est un affront à la liberté de la presse.

Le monde est actuellement engagé dans la bataille contre cette pandémie de coronavirus (COVID-19) et l’information représente une arme parmi d’autres que nous ne pouvons pas ignorer en ce moment. Le professionnalisme dans la pratique du journalisme doit être respecté de toutes les manières.

Le HRNJ-Uganda a documenté dans le pays au moins 14 cas d’arrestations, d’agressions, de détentions et de confiscation d’équipements de journalistes. Ces violations sont subvenues alors que les journalistes en question menaient leurs activités pendant la période de confinement et de couvre-feu. Nous continuons d’exiger que ces journalistes concernés aient accès à la justice.

De manière générale, la liberté de la presse ne s’est pas améliorée depuis la célébration du WPFD l’année dernière. Cet état des lieux est mis en évidence dans un rapport que le HRNJ-Uganda est sur le point de publier. L’année dernière, nous avons documenté plus de 160 cas d’abus et de violations perpétrées contre des journalistes alors que ces derniers menaient à bien leurs fonctions officielles. Cette situation illustre les difficultés auxquelles sont confrontées la liberté de la presse en Ouganda. Si des actions ne sont pas entreprises pour adresser ces défis, elles entraveront le journalisme de qualité. A l’occasion de cette Journée Internationale de la Liberté de la Presse, nous appelons le gouvernement et les autres partenaires au développement à collaborer afin de mettre fin aux crimes contre les journalistes. Nous demandons un journalisme éthique et professionnel à tout moment.

Recent articles