Douzième jour; Journaliste Sud-Soudanais est toujours en Détention

Le réseau des organisations de promotion de la liberté d’expression en Afrique (AFEX) est consterné par la détention continue du journaliste sud-soudanais, Alfred Taban qui a est détenu pendant 12 jours par le service de sécurité du pays sans motifs.

Le 16 Juillet 2016, des éléments du Service de Sécurité National (NSS) ont arrêtée Alfred Taban, rédacteur en chef du Juba Monitor, un journal indépendant langue anglaise au Sud Soudan. Le service de sécurité a accusé le journaliste d’incitation à la violence, et ils ont par la suite fermé le journal Juba Monitor le même jour.

Bien qu’aucune accusation formelle n’ait été portée contre Taban, son arrestation est perçue comme étant liée à un article publiée le 15 Juillet, dans lequel il a appelle à la destitution du Président Salva Kiir et le Premier Vice-Président, Dr. Riek Machar. La publication a également accusée les deux leaders d’échec de travailler ensemble afin d’améliorer la sécurité au Sud Soudan.

Le NSS a cependant permis le Juba Monitor de reprendre la publication le 19 Juillet 2016.

Bien qu’AFEX fait l’éloge de la décision du NSS d’avoir permis au journal de rouvrir, nous exhortons aux autorités du Sud-Soudan de relâcher Alfred Taban, qui a été détenu sans inculpation il y’a presque deux semaines. La détention est arbitraire et illégale car elle va à l’encontre d’Article 19, Section 4 de la Constitution du Sud-Soudan de 2011 qui limite la détention provisoire  à 24 heures.

De nombreuses organisations nationales et internationales de la liberté d’expression et des droits de l’homme, y compris AFEX ont lancé des appels aux autorités du Sud Soudan à une libération inconditionnelle d’Alfred Taban mais en vain.

AFEX lance l’appel une fois encore au Président Salva Kiir et le NSS de libérer Alfred Taban.

Qui est Alfred Taban?

Alfred Taban Logune est un éminent journaliste sud-soudanais, fondateur du journal Juba Monitor. Il est également membre fondateur et président actuel de l’Association pour le Développement des Médias au Sud Soudan (AMDISS), un groupe national de défense des droits des médias établi en 2003. Taban a été un défenseur infatigable de la liberté d’expression à la fois au Soudan et au Sud-Soudan malgré les difficultés et les répressions dans l’environnement de médias.

Il était une voix puissante qui a conduit à la signature de l’Accord de paix global de 2005 qui a résulté de la naissance du Sud-Soudan.

Alfred Taban a travaillé comme journaliste pour  BBC World Service au Soudan à partir des années 1980 jusqu’en 1990. Il a créé le journal Khartoum Monitor, le premier quotidien indépendant en langue anglaise au Soudan en 2000. Après l’indépendance du Sud-Soudan, Taban s’est installé à Juba; la capitale du Sud-Soudan où il a commencé la publication du Juba Monitor.

D’énormes contributions d’Alfred Taban aux médias, la démocratie et la liberté d’expression dans le Soudan et le Soudan du Sud lui ont permis d’acquérir une reconnaissance internationale. Taban a reçu deux prix internationaux du Parlement britannique en 2005 et il a reçu le National Endowment for Democracy Award par le président des Etats Unis d’Amérique ; George W. Bush en 2006. Il a également témoigné au Congrès américain sur la situation de la liberté de la presse au Soudan pendant la guerre civile. L’arrestation et la détention arbitraire du  fervent défenseur des droits des médias, Alfred Taban est regrettable et nous exhortons le gouvernement sud-soudanais a le libérer. Mettre un journaliste derrière les barreaux pour près de deux semaines sans procès pour avoir exprimé son opinion enfreint les dispositions de l’article 9 du Pacte International relatif aux droits civils et politiques (PIDCP).