Les femmes journalistes face aux violences physiques et au harcèlement sexuel au Niger

A l’instar de plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest, les femmes journalistes du Niger font face aux violences qui sont de plusieurs ordres : physique, verbale, psychologique mais aussi sexuelle.

Sur le terrain de reportage tout comme dans les rédactions, les violences ci-haut énumérées sont le quotidien des femmes journalistes qui malheureusement n’ont d’autres choix que de prendre leur mal en patience à défaut de quitter le métier ou d’abandonner carrément une rédaction face à la fréquence des agressions.

Voilà un peu les constats d’un rapport établi par la Fondation des médias pour l’Afrique de l’Ouest (MFWA) sur la Sécurité des femmes journalistes au Niger.

Dans presque tous les médias qui émettent dans les principales villes du pays, les femmes journalistes vivent la chaire dans l’âme, les affres des violences surtout lors de la couverture de certains évènements ou à l’occasion des reportages qu’elles réalisent au quotidien.

Malheureusement, la culture de la discrétion chez la femme nigérienne de manière générale et chez les femmes journalistes en particulier fait que le phénomène n’est pas connu du grand public, car, le plus souvent, ces femmes des médias préfèrent garder pour elles les violences auxquelles elles sont confrontées surtout lorsqu’il s’agit du harcèlement sexuel venant de leurs patrons ou collègues de travail. L’insuffisance des postes de responsabilité occupées par les femmes, la place qu’elles occupent dans les médias et surtout la place qui leur est accordée dans le traitement de l’information viennent prouver à suffisance la discrimination à laquelle elles font face.

Malgré les quelques mécanismes mis en place par l’institution de régulation des médias, les organisations de la corporation telles que l’Association des Professionnelles de la Communication (APAC-Niger), et l’Observatoire Nigérien Indépendant des Médias pour l’Ethique et la Déontologie (ONIMED), il est encore plus que nécessaire de renforcer le cadre de protection des femmes journalistes.

Quelles autres dispositions pour assurer la sécurité des femmes journalistes, comment améliorer l’image de ces dernières dans les médias et quelles solutions afin qu’elles occupent plus de postes de responsabilité dans les rédactions ? Telles sont les questions auxquelles il faut répondre pour amener les femmes à se débarrasser des autres stéréotypes et clichés afin qu’elles se sentent plus confiantes et en sécurité dans leur métier.

Bonne lecture