Cette Semaine en Afrique: 20 – 25 Octobre, 2014

Le Réseau des organisations de la liberté d’expression en Afrique (l’AFEX) continue à soutenir ses membres dans leurs efforts pour lutter contre les défis relatifs à la liberté d’expression sur le continent africain, en projetant les questions que les membres ont soulignées, qui pourront  favoriser ou entraver la liberté d’expression. Dans l’édition de la semaine du 20 au 25 Octobre 2014 de Cette Semaine en Afrique,  l’AFEX met en évidence les rapports de deux membres en Afrique centrale et australe –  Journaliste en Danger (JED) et Media Institute of Southern Africa (MISA).
En République Démocratique du Congo (RDC) – Journaliste en Danger (JED) a demandé une enquête urgente sur une attaque armée subie par Philémon Gira, journaliste et reporter- cameraman de la Radio et Télévision Nationale Congolaise (RTNC). Selon le rapporte de JED, Gira a été grièvement blessé par trois balles tirées à bout portant, samedi 25 octobre 2014, non loin de son domicile, par un groupe d’hommes armés qui l’avaient pris en filature depuis sa rédaction. Ses assaillants lui ont juste ravi son sac contenant sa caméra et des cassettes des enregistrements, avant de s’enfuir en le laissant pour mort. Le journaliste atteint à la jambe et saignant abondamment a été secouru par des passants qui l’ont conduit dans un Centre hospitalier.

AFEX rejoint JED pour condamner l’attaque contre le journaliste innocent et pour demander aux autorités de la RDC de, comme une question d’urgence, lancer des enquêtes pour s’assurer que les auteurs soient punis. AFEX voudrait se joindre au JED faire appel aux autorités de mettre fin aux attaques contre les journalistes et de s’assurer que la sécurité des journalistes soit garantie au pays.
Au Botswana – Le MISA a convoqué une mission pour observer le comportement des médias et les organes électoraux lors des élections législatives et gouvernementales locales de 2014 au Botswana. Sur la base de ses conclusions, le MISA a félicité les médias au Botswana pour “un effort exceptionnel pour faciliter l’éducation des électeurs et d’élargir la portée de ses rapports.” Le MISA cependant a observé un reportage inégale vers le parti au pouvoir et a exhorté les médias de service public à être juste dans sa couverture et le reportage. Le MISA est également inquiété de l’application des lois sur la sédition contre les journalistes qui avaient conduit à l’arrestation de l’éditeur du journal Sunday Standard, Outsa Mokone, et l’exil du journaliste Edgar Tsimane qui avait fait le montage. Le MISA a fait des recommandations au gouvernement du Botswana qui comprennent: un appel à la Commission électorale indépendante (CEI) du Botswana de, par la suite, travailler avec les médias pour intensifier l’éducation des électeurs afin d’éviter certaines difficultés rencontrées par les électeurs; un appel au gouvernement de modifier la Loi BOCRA de Réglementation de Communications de 2013 au Botswana pour se conformer à la Déclaration de principes sur la liberté d’expression de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (2002) et la Charte africaine sur la radiodiffusion (2001) ; la nécessité d’une répartition équitable du temps d’antenne pendant les élections; la nécessité de modifier la Loi BOCRA de 2013 pour permettre aux chaînes de radio communautaires  de faciliter la communication entre les communautés et leurs responsables politiques; l’adoption d’une loi pour l’accès à l’information; la nécessité de mettre en place des programmes de formation pour les professionnels des médias à promouvoir une conduite éthique, une couverture précise, juste et équilibrée des nouvelles portant sur les élections et l’appel aux médias pour se familiariser avec les principes éthiques et professionnelles décrites dans les Directives de couverture médiatique des élections dans la région. L’AFEX félicite le MISA pour le bon travail et rejoint notamment le MISA pour exhorter le gouvernement du Botswana pour mettre en œuvre les recommandations en vue de renforcer la démocratie dans le pays. L’AFEX rejoint également le MISA pour condamner l’arrestation de Outsa Mokone et l’exil d’Edgar Tsimane et fait appel au gouvernement d’assurer la sécurité des journalistes et de garantir la liberté d’expression.

Au Malawi – Le MISA au Malawi a lancé une alerte sur l’arrestation d’un journaliste, Archibald Kasakura. Le MISA au Malawi a été choqué par l’arrestation et la détention du journaliste par la police pour avoir prétendument “fait obstacle à un agent de police en service.” Selon le MISA au Malawi, tel que confirmé par Kasakura, la police l’a battu et détenu pour avoir pris des photos d’une altercation impliquant les fonctionnaires et les fournisseurs Blantyre City Assembly. Il a été  rafraîchissant de savoir que le Ministre de l’information, du Tourisme et de la Culture du Malawi, Kondwani Nankhumwa, a condamné le battement du journaliste, en disant que les auteurs devront faire face à la pleine mesure de la loi. L’AFEX rejoint le MISA au Malawi et d’autres parties prenantes de la liberté d’expression en se félicitant le Gouvernement du Malawi pour la démarche pour lutter contre l’impunité. Comme l’a dit le Ministre dans sa déclaration, “Il n’y a rien qui justifie la victimisation des journalistes dans une société civilisée.” L’AFEX invite en outre les autorités à continuer à veiller à ce que les journalistes soient en sécurité et qu’ils s’acquittent de leurs fonctions sans harcèlement.