Les Médias et la Police S’Engagent à Collaborer Efficacement pour Promouvoir des Elections Pacifiques au Ghana

Les journalistes et les policiers des régions d’Ashanti et du Nord se sont engagés à collaborer pour promouvoir des élections pacifiques au Ghana. Les deux groupes ont pris cet engagement lors de forums de diffusion sur le cadre des relations entre la police et les médias et sur la sécurité des journalistes, qui se sont tenus à Tamale et à Kumasi les 6 et 14 août respectivement.

La police et les médias jouent un rôle crucial dans la protection de la démocratie et de l’État de droit. En année électorale, ce rôle est encore plus crucial. Il est donc important qu’il y ait une coopération et une compréhension mutuelle entre les journalistes et la police, dans l’intérêt de la paix, de l’État de droit, de la sécurité publique et de la jouissance effective des droits civils.

Le cadre relatif aux relations entre la police et les médias et à la sécurité desjournalistes vise à fournir des modalités pour promouvoir et protéger la sécurité des journalistes et traiter les violations commises à leur encontre.

Le lancement du cadre national a eu lieu le 1er juillet 2020. Ensuite, les deux lancements régionaux ont été organisés pour porter le cadre aux portes de la police et des médias dans les régions. L’objectif est de faire mieux comprendre aux deux institutions leurs rôles respectifs afin de trouver des moyens de travailler ensemble sans frictions dans les régions.

A la fin du forum, les journalistes et la police se sont mis d’accord sur les modalités suivantes visant à renforcer la collaboration entre la police et les médias avant, pendant et après les élections de 2020 dans la région d’Ashanti :

  1. Les journalistes doivent toujours s’identifier lorsqu’ils assistent à un événement ou se rendent dans un bureau de vote.
  2. Les journalistes qui souhaitent couvrir des missions impliquant la police (telles que les bureaux de vote, les centres de compilations des résultats, etc.) doivent toujours s’identifier en portant des cartes d’identité vérifiables et en contactant l’officier de liaison avec les médias de la police, avant d’assister à la mission.
  3. Les journalistes doivent connaître les postes de police les plus proches dans les zones où ils sont déployés pour la couverture et s’identifier auprès des responsables de la police ou de la sécurité dans leurs zones de couverture.
  4. Les journalistes doivent suivre les protocoles de sécurité dans le cadre de leurs reportages sur les élections.
  5. Des centres des médias seront mis en place dans le cadre des centres d’opérations de sécurité conjoints (JOC). Les journalistes doivent s’adresser au JOC pour obtenir des mises à jour sur les dispositions de sécurité qui pourraient avoir des implications sur la sécurité des journalistes pendant la couverture des élections.
  6. Les journalistes doivent authentifier toute information censée provenir des bureaux de vote des Centres d’opérations conjoints.
  7. La police assistera les journalistes ayant besoin d’un soutien en cas d’urgence ou lors d’événements qui exposent les journalistes à des risques de sécurité.
  8. La police mettra à disposition des numéros de contact pour les situations d’urgence et pour répondre rapidement aux questions et éclaircissements des médias sur les questions émergentes.
  9. Les journalistes doivent s’abstenir d’interférer indûment avec le travail des policiers et des fonctionnaires électoraux pendant le jour du scrutin.
  10. Les journalistes doivent s’abstenir de généraliser les questions impliquant des agents de police individuels et doivent éviter les actes susceptibles d’inciter à la violence.
  11. Les journalistes et les policiers doivent faire preuve de respect les uns envers les autres pendant les processus électoraux.