Ghana: Des Elèves Manifestants Brutalisent un Journaliste

La Fondation des Médias pour l’Afrique de l’Ouest (MFWA) déplore l’agression d’un journaliste du quotidien public Daily Graphic et exige une réponse rapide et ferme des autorités du lycée Bright et de la police.

Le 7 août 2020, des élèves du lycée basé à Kukurantumi, dans la région Est du Ghana, ont brutalisé Emmanuel Pacome qui couvrait leur attaque contre les responsables du Conseil des examens d’Afrique de l’Ouest (WAEC) supervisant l’examen WASSCE en cours dans leur école. Les candidats en colère ont agressé les surveillants qu’ils accusaient d’être trop stricts.

Après l’appel à la police pour réprimer la violence, certains élèves ont dirigé leur colère contre le journaliste qu’ils avaient repéré en train de filmer leur comportement désordonné.

Ils ont poursuivi Pacôme qui, sentant le danger, avait décidé de fuir les lieux. Les élèves ont cependant intercepté le journaliste dans un coin de l’école et l’ont brutalisé. Pacôme est sorti de l’attaque avec des blessures à la tête, le bras et les doigts. Son téléphone portable et son sac contenant ses effets personnels ont également été saisis.

Le journaliste a depuis porté plainte auprès du commissariat de police de Kukurantumi et a été admis à l’hôpital gouvernemental de Tafo où ses blessures ont été soignées.

C’est le troisième incident d’agression d’un journaliste au Ghana en 47 jours. Le 20 juin 2020, des voyous des partis politiques ont agressé le journaliste Macbadara Romanus de Tizaa FM à Nalerigu, capitale du North East Regional. Le journaliste couvrait les primaires parlementaires du Nouveau parti patriotique (NPP) au pouvoir.

Le 6 juillet 2020, un organisateur adjoint du NPP dans la région de Savanah, Atabia Anoma Rahim, a conduit un groupe de voyous à tendre une embuscade et à attaquer Abraham Ananpansah, un journaliste de PAD FM dans la capitale régionale Damango. Quatre jours avant l’attaque, Anoma avait appelé pour menacer le journaliste au sujet de son reportage l’impliquant (Anoma) dans des incidents de violence dans un centre d’inscription des électeurs.

Pour un pays souvent cité en exemple en matière de liberté de la presse, les récentes attaques contre des journalistes constituent une tendance alarmante.

George Folley, le rédacteur en chef de la région Est du Daily Graphic, a déclaré à la MFWA: “Je vais rencontrer les autorités du Bright Senior High School et la police pour donner suite à cette affaire. Je suis également en train de rédiger un rapport sur l’incident pour le siège d’Accra pour que l’affaire soit prise en charge”.

La MFWA exige que les responsables de l’attaque contre Pacôme répondent pleinement de leurs actes.  À cet égard, nous demandons instamment aux autorités du lycée Bright Senior High School et à la police de mener immédiatement une enquête approfondie sur l’agression et de veiller à ce que les coupables soient punis. Nous demandons également à la direction du Graphic Communication Group Limited, éditeur du Daily Graphic, de poursuivre avec le suivi de l’affaire jusqu’à ce qu’elle obtienne justice pour le journaliste agressé.