lundi, mai 20, 2024
AccueilAccès à l'informationCorrespondante de la BBC arrêtée au service

Correspondante de la BBC arrêtée au service

Correspondant de BBC à l’Ouganda, Catherine Byaruhanga a été le 6 février, 2016 arrêtée par la police avec deux collègues pour avoir censément filmé,sans autorisation, l’Hôpital Abim à l’arrondissement d’Abim au nord de l’Ouganda. .

Le trio a été accusé d’intrusion et a été donc conduit à la station centrale à Abim pour des interrogatoires. Ils ont été également invités à supprimer les enregistrements, mais ils ont refusé.

Les journalistes ont ajouté qu’ils filmé l’extérieur de l’hôpital, puisque le ministère de la Santé leur a refusé accès aux locaux de l’hôpital et donc ils étaient innocents de toutes les accusations. Les agents de sécurité à la station ont accusé les journalistes d’avoir l’intention de promouvoir de mauvaises nouvelles sur le quartier.

Abim hôpital a été sous les feux de la rampe le 5 décembre, 2016 lorsque le candidat de l’opposition, Kizza Besigye a rendu visite à l’institution au cours d’une campagne électorale. Les stations/chaines de télévision couvrant la visite du politicien ont diffusé les images d’état déplorable de l’établissement, qui manquait de personnel médical pour assister les patients. Ces images lamentables ont entrainé l’évitement de l’hôpital par les habitants. En fait, l’officier qui a fait le tour avec Besigye a été suspendu suite a « une procédure disciplinaire ». Quelques instants après cette situation gênante, la commission électorale a interdit tous les candidats politiques de visiter l’hôpital en question et d’autres centres de santé dans le pays. Les policiers ont été déployés pour faire respecter l’interdiction d’accès aux politiciens. Les journalistes ont été relâchés sans inculpations. Ils ont été ni molestés ni frappés.

« Nous félicitons les journalistes pour leur refus ferme et justifié de supprimer leur matériel et pour avoir insisté de connaitre leur crime présumé. La police devrait cesser de criminaliser le travail des journalistes et interférer avec leur matériel d’information. La police devrait plutôt assurer la sureté et la sécurité des journalistes lors de leur travail, » a indiqué, le coordonnateur nationale de HRNJ-Ouganda, Robert Ssempala.

Crédit: HRNJ-Uganda

Recent articles