Le Gouvernement Camerounais doit Agir pour Mettre Fin aux Attaques contre la Liberté de la Presse

Dans un rapport conjoint produit par le Réseau Africain de la Liberté d’Expression (AFEX) basé à Accra et son membre au Cameroun, Association Pour Le Développement Intégré Et La Solidarité Interactive (ADISI-Cameroun), les deux organisations appelle au gouvernement camerounais de mettre fin aux attaques contre les journalistes et les activistes que travaillent dans le pays. Le rapport conjoint met en exergue l’état de la liberté de la presse et de l’accès à l’information au Cameroun entre Janvier 2017- Mars 2019.

AFEX et son membre, ADISI-Cameroun, notent que la situation des journalistes et des médias, ainsi que l’accès à l’information se sont considérablement détériorés au cours de la période considérée. Les données collectées indiquent que les journalistes travaillant dans le pays sont de plus en plus réprimés en raison de la crise sociopolitique et de la sécurité que le pays traverse depuis deux ans dans ses régions anglophones.

Les acteurs étatiques ont été identifiés comme les principaux auteurs des violations de la liberté d’expression enregistrées. Des acteurs non étatiques, tels que des inconnus, sont également responsables de certaines des attaques. Plusieurs journalistes ont été arrêtés, agressés physiquement ou ont vu leur équipement détruit par des agents de sécurité du pays.

La répression a forcé un certain nombre de journalistes à fuir le pays pour se réfugier au Nigéria voisin et certains se sont même exilés aux États-Unis et en Afrique du Sud. D’autres ont quitté ces régions pour trouver la sécurité dans des villes importantes telles que Douala et Yaoundé.

Ceux qui vivent dans les régions anglophones sont fréquemment victimes de menaces ou de harcèlement de la part d’acteurs étatiques. Cela a forcé la plupart de ces journalistes à s’autocensurer de peur de représailles.

Le gouvernement camerounais doit prendre des mesures urgentes pour mettre fin à la crise qui sévit actuellement dans les régions anglophones du pays et veiller à ce que les droits des journalistes et des militants soient respectés.

AFEX et ADISI-Cameroun saisissent cette occasion pour appeler les autorités publiques et les acteurs des libertés civiles à respecter les conventions régissant le métier de journaliste et de média au Cameroun.

Veuillez cliquer ici pour accéder au Rapport analytique sur la situation des journalistes camerounais- 2017 – 2019 avec plus de détails sur les défis et les menaces auxquels sont confrontés les journalistes au Cameroun.